Poèmes Téléphoniques

POEMES AMERICAINS

Par téléphone du 16-29 mai 2016

A l’invitation du printemps littéraire de Bienne, je recommence une nouvelle série de poèmes téléphoniques. Cette performance littéraire est une infiltration poétique dans notre quotidien. Durant deux semaines, vous pourrez offrir un poème soit pour vous-même ou pour la personne de votre choix. Un poème en prose qui sera écrit spécifiquement pour cet appel.
Mettez un poème dans votre vie
Renseignements et commandes (détails à venir)
info@spectaclesfrancais.ch

Ces poèmes par téléphone sont nés de ma fascination pour l’objet téléphone, que désormais nous portons tous partout avec nous et auquel nous répondons où que nous soyons. Sa forme injonctive lui donne une place déterminante dans notre vie quotidienne.

Ainsi, prenant le contrepied des appels commerciaux qui nous inondent, j’ai imaginé entrer dans l’univers intime d’inconnus en offrant un poème par téléphone. Un poème nouveau à chaque fois, écrit pour cette personne dont je ne connais que le nom et le numéro de téléphone. Mon but étant en effet d’expérimenter un travail poétique, et non de devenir un écrivain public. L’appel est un prétexte pour faire surgir un moment d’écriture singulier.

POEME TELEPHONIQUE
Mettez un poème dans votre vie…

Après les assurances, les aspirateurs, les compléments alimentaires, le téléphone rose  Voici le poème par téléphone !
Sous la pluie, à pied, au supermarché, au travail, en voiture, chez le dentiste, recevez un appel poétique!

Julie Gilbert, auteur, vous propose des poèmes en prose par téléphone spécialement écrits pour vous ou la personne de votre choix.

Lors de deux sessions, l’une à Montréal et l’autre à Genève plus de 150 personnes m’ont passé commande de poèmes téléphoniques. Ces petits textes sont devenus des espaces d’écriture et d’observation du réel, rattachés au lieu et à l’heure où ils ont surgi. Une série s’est peu à peu construite, en écho lointain aux regrets de Du Bellay, faisant naître des variations sur le même thème, faisant émerger un paysage intérieur et extérieur à la fois très concret et se décalant peu à peu, ouvrant parfois de nouveaux champs d’exploration, sillon du prochain poème.

La dimension performative de ce travail prenait corps ensuite au moment de l’appel téléphonique, au moment de lire le poème en direct. De part leur intrusion dans le quotidien de la personne à qui ce poème était offert- mais qui ne s’y attendait pas- ces textes ont crées des moments rares, très intenses et parfois étranges.